Précédent

ⓘ Photographie



                                               

Autoportrait

Un autoportrait est une représentation dun artiste, dessinée, peinte, photographiée ou sculptée par lartiste lui-même. Bien que lexercice de lautoportrait ait été pratiqué depuis les temps les plus reculés, ce nest quà partir du début de la Renaissance, au milieu du XV e siècle, que les artistes peuvent être identifiés eux-mêmes comme représentant, comme le sujet principal ou comme des personnages importants dans leur travail. Avec le perfectionnement des techniques de miroiterie, les miroirs deviennent plus accessibles et lavènement du portrait en panneau, de nombreux peintres, sculpteurs ...

                                               

Photographie darchitecture

La photographie darchitecture, est l’un des principaux thèmes de la photographie. Elle consiste à réaliser des photographies d’édifices, cette restitution pouvant être fidèle, ou magnifiée selon le désir, la volonté et la sensibilité artistique du photographe.

                                               

Photographie numérique

La photographie numérique recouvre lensemble des techniques permettant lobtention dune photographie via lutilisation dun capteur électronique comme surface photosensible, ainsi que les techniques de traitement et de diffusion qui en découlent. On loppose à la photographie argentique.

                                               

Macrophotographie

La macrophotographie est le terme usuel désignant la photomacrographie, souvent abrégé en macrophoto ou macro. Il correspond à lensemble des techniques photographiques - ainsi quà lactivité photographique associée- permettant de photographier des sujets de petite taille entre les rapports de grandissement γ=1 et γ=10. Son domaine se situe donc au-delà de celui de la proxiphotographie. Il existe deux acceptions de ce terme, liées à l’ambiguïté que représente la notion dimage sous-jacente à celle de grandissement. Lacception scientifique et technique Revendiquée mais pas systématiquement uti ...

                                               

Photographie documentaire

La photographie documentaire est un courant de la photographie qui se distingue par une approche prônant un effacement du photographe au profit dune image se voulant réaliste et tendant vers la neutralité. Elle fait généralement référence à une forme de photographie utilisée afin de décrire des situations ou des environnement spécifiques mais aussi des événements de la vie de tous les jours. Typiquement les clichés sont effectués par les photojournalistes professionnels ou des reporters mais aussi par des artistes amateurs ou à des fins académiques. On attribue généralement la paternité de ...

                                               

Chronophotographie

La chronophotographie désigne une technique photographique qui consiste à prendre une succession de photographies, permettant de décomposer chronologiquement les phases d’un mouvement ou d’un phénomène physique, trop brefs pour être observés convenablement à l’oeil nu. De nos jours, la chronophotographie est toujours utilisée, aussi bien dans les domaines scientifiques que dans la publicité ou la photographie d’art. Le mode de prise de vues en rafale moderne est de la chronophotographie. Sa version ultime, le bullet-time, permet l’immobilisation du sujet au sein d’un décor encore en mouvem ...

Photographie
                                     

ⓘ Photographie

La photographie est lensemble des techniques, des procédés et des matériels qui permettent denregistrer ce que lon a imaginé visuellement et/ou à la suite dun stimuli visuel.

Le terme "photographie" désigne aussi limage obtenue, phototype photographie visible et stable quelle soit négative ou positive, quon obtient après lexposition et le traitement dune couche sensible ou non.

Le terme désigne également la branche des arts graphiques qui utilise cette technique.

                                     

1. Étymologie

Le substantif féminin, "photographie" photography a été proposé par John Herschel dès mars 1839 et provient de deux racines dorigine grecque:

  • le suffixe "-graphie" - "qui écrit", "qui aboutit à une image".
  • le préfixe "photo-" - "qui procède de la lumière", "qui utilise la lumière" ;

Littéralement: "peindre avec la lumière". Le terme plus court de "photo" est très fréquemment utilisé. Dans le cas où lon parle dune image photographique, on emploie aussi souvent les termes "image" ou "vue", et, mais de moins en moins depuis lavènement de la photographie numérique, "tirage" ou "agrandissement".

En français, photographie est attesté dès 1832 dans le Dictionnaire général de la langue française de François Raymond mais comme "description de lhistoire naturelle qui traite de la lumière". Le premier emploi connu de photographie comme "technique de représentation de la réalité et de reproduction dimages à laide de procédés fondés sur des réactions chimiques à la lumière et de moyens optiques" figure dans les Carnets dHercule Florence, à la date du 21 janvier 1834.

En allemand, Photographie est attesté dès le 25 février 1839 dans le Vossische Zeitung.

                                     

2. Invention de la photographie

La photographie a su tirer parti de nombreuses innovations technologiques et techniques dans les domaines de loptique, de la chimie, de la mécanique, de lélectricité, de lélectronique et de linformatique.

Les deux phénomènes nécessaires à lobtention dimages photographiques étaient pour certains connus depuis longtemps et explicités dans le Traité doptique. Les réflexions dAristote et les travaux du père de loptique moderne Ibn al-Haytham, ont permis de mettre la réalité en boîte ; il suffit de percer un "petit trou" sténopé dans une chambre noire en latin: camera obscura pour voir apparaître une image inversée dans le fond blanc de la boîte. Dautre part, les alchimistes savaient que la lumière noircissait le chlorure dargent. Vers 1780 Jacques Charles, plus connu pour son invention de laérostat gonflé à lhydrogène, parvint à figer, mais de façon fugitive, une silhouette obtenue par le procédé de la chambre noire sur du papier imbibé de chlorure dargent. Thomas Wedgwood 1771-1805 fit des expériences analogues avec le nitrate dargent ; il en publia un mémoire en 1802. De son côté John Herschel en 1819 décrit les propriétés de lhyposulfite de sodium qui deviendra le fixateur.

Nicéphore Niépce, un inventeur de Chalon-sur-Saône, associe ces trois procédés pour fixer des images de qualité moyenne et nécessitant plusieurs jours de pose sur des plaques détain recouvertes de bitume de Judée, sorte de goudron naturel qui possède la propriété de durcir à la lumière 1826 ou 1827 ; la première photographie représente une aile de sa propriété à Saint-Loup-de-Varennes en Saône-et-Loire. Nicéphore meurt en 1833 et Louis Daguerre poursuit lamélioration du procédé. En découvrant le principe du développement de limage latente, Daguerre trouve le moyen de raccourcir le temps de pose à quelques dizaines de minutes. En 1839, il promeut son invention auprès du savant et député François Arago, qui lui accorde son soutien.

Ainsi, la date conventionnelle de linvention de la photographie est le 7 janvier 1839, jour de la présentation par Arago à lAcadémie des sciences de l "invention" de Daguerre, le daguerréotype. Cest en fait une amélioration de linvention de Niepce.

En 1861, Thomas Sutton réalise la première photographie couleur. En 1869, Louis Ducos du Hauron et Charles Cros présentent un procédé à lorigine de la trichromie.

                                     

3. Catégories de photographie

Il est possible de catégoriser la photographie selon le sujet traité, les conditions de prises de vue, la finalité, etc.

Un mode possible de catégorisation est de distinguer dune part, les photographies réalisées en extérieur, avec un éclairage naturel ou un éclairage public donné, de celles réalisées en intérieur avec un éclairage artificiel modulable, et dautre part, les photographies ne comportant pas de présence humaine, de celles en comportant une. Ce mode de classification donne quatre catégories de photographies:

  • Les photographies faites en intérieur studio, etc. et sans présence humaine: nature morte, photographie culinaire, etc.
  • Les photographies faites en extérieur et ne comportant pas de présence humaine: photographie de paysage, darchitecture, macrophotographie, photo animalière, etc.
  • Les photographies faites en extérieur et comportant des êtres humains: photographie de rue, photographie documentaire, photographie de guerre, etc.
  • Les photographies faites en intérieur avec un éclairage artificiel: portrait, mode, etc.


                                     

4.1. Prendre une photographie Maîtriser la lumière

On doit distinguer la lumière naturelle de la lumière artificielle.

Il y a deux sortes de lumière naturelle: celle en intérieur et celle en extérieur.

On peut distinguer six sortes de lumière artificielle qui se distinguent par la nature de la source, continue incandescence, tungstène ou LED ou discontinue flash électronique et par la dimension de la source allant dune dizaine de cm de diamètre pour les petits projecteurs Fresnel comme les Mizar ou les Magis, à plus de 3 mètres de diamètre comme les 330 cm du modeleur FP de Broncolor en passant par toute la gamme de modeleurs de Profoto et dElinchrom.

Comme son nom lindique, la photo-graphie consiste avant tout à utiliser de la lumière pour enregistrer quelque chose. Ceci suppose dune part quil y ait de la lumière à enregistrer, et dautre part que cette lumière forme des figures et une image intéressante par ses contrastes: contrastes dintensités entre noir et blanc, contrastes de couleurs, contrastes de textures, qui par leur disposition restituent le sujet photographié. Lart du photographe consiste avant tout à jouer avec cette lumière, ce qui implique parfois dorganiser léclairage pour mieux capturer son sujet.

Il ne suffit pas quil y ait de la lumière pour pouvoir faire une bonne photographie, encore faut-il quelle soit adaptée au sujet que veut capturer le photographe. Une photo en contre-jour conduit par exemple à un fort contraste entre le sujet et le fond, mais les détails du sujet proprement dit seront souvent peu discernables dans les zones sombres: cest en cela quun portrait pris en contre-jour est souvent considéré comme raté et nécessite lusage dun coup de flash pour déboucher le sujet. Mais ce contre-jour peut constituer par lui-même un effet artistique intéressant, pour mettre en évidence une silhouette abstraite. Inversement, le photographe peut choisir de corriger lexposition pour saturer le fond, et restituer son sujet dans un halo lumineux.

De même, léclairage direct du soleil crée des zones dombre et de lumière, qui peuvent former un fond violemment contrasté, nuisant à la lisibilité du sujet principal. De ce point de vue, il est beaucoup plus sûr de représenter un sujet dans un éclairage uniforme ou diffus. Cest pour éviter ce problème que les studios dartistes sont de préférence éclairés par des baies ouvrant vers le nord.

                                     

4.2. Prendre une photographie Sujet et composition

Par rapport au sujet quil veut reproduire, le photographe ajoute un élément essentiel de la photographie: le cadre.

Le cadre établit avant tout une limite entre ce qui sera reproduit sur limage et ce qui au contraire devra en être exclu. Contrairement au peintre, qui ajoute des éléments à sa composition, le premier souci du photographe est déliminer de son cadrage les éléments inutiles, étrangers à lidée quil veut faire passer, ou qui détourneront lattention du spectateur: personnage passant dans larrière-plan, câble électrique, avion dans le ciel. Selon un proverbe de portraitistes, on doit dabord sintéresser au décor avant de regarder le modèle.

Le cadre définit ensuite lespace dans lequel le sujet sera mis en scène. La photographie doit présenter les différentes parties de son sujet dune manière qui en rende la perception plaisante et aisée. Les lignes de force de limage se définissent par rapport aux cadre: diagonales, règle des tiers, etc. Pour une scène donnée, cest par le cadrage que le photographe peut harmoniser ou non sa composition. Le soin à apporter au cadrage est particulièrement critique dans le cas des diapositives, qui ne peuvent pas être recadrées par la suite.

Le "sujet" dune photographie est tout ce quil y a dans le cadre. En dehors de cadrages particulièrement "serrés", lélément principal noccupe souvent quune fraction minime de limage. Le reste forme le décor, souvent en avant plan ou arrière-plan, parfois dans le même plan que lélément principal. Une bonne composition doit assurer que le décor met en valeur le sujet dune manière suffisamment contrastée, et ne distrait pas l’oeil par des détails inutiles.

                                     

4.3. Prendre une photographie Fonctionnement dun appareil photographique

Les fonctions essentielles dun appareil photographique nont pas changé depuis les origines, même si le matériel sest grandement perfectionné.

Lélément central de lappareil est son objectif. Il joue le rôle dune lentille optique convergente, qui forme derrière elle limage des objets situés devant elle. Lobjectif est caractérisé par sa distance focale, qui est la distance à laquelle se forme limage des points situés à linfini. Comme lindiquent les lois de loptique géométrique, cette image est dautant plus grande que la distance focale est grande: toutes choses égales par ailleurs, un objectif de 300 mm produira donc une image dun diamètre six fois plus grand quun autre de 50 mm. Héritier de la lentille simple, lobjectif moderne a une conception élaborée conduisant à une formule optique généralement complexe.

Derrière lobjectif se trouve une surface sensible, qui a pour fonction denregistrer limage formée. Avec la photographie argentique, cette surface était initialement formée par une plaque de verre portant une émulsion photographique, puis par une pellicule photographique. Cette surface est à présent le plus souvent un capteur photographique, avec la généralisation de la photographie numérique.

Une caractéristique essentielle de cette surface est sa sensibilité, cest-à-dire la quantité de lumière nécessaire pour enregistrer un niveau dintensité lumineuse donné, typiquement un gris moyen. Plus le capteur est sensible et plus il est possible de prendre des photographies dans des ambiances obscures, ou bien, à condition déclairage identique, dacquérir limage rapidement. Lautre caractéristique essentielle est la granularité, qui donne la définition à laquelle cette image peut être enregistrée: plus cette définition est grande, plus limage sera riche en détails et pourra notamment faire lobjet dun agrandissement.

Pour ne recevoir que la lumière qui passe à travers lobjectif, la surface sensible est placée au fond dune Chambre noire dont lunique ouverture est occupée par lobjectif. Bien évidemment, avant que la scène ne soit réglée, lobjectif est obturé et ne transmet pas la lumière ; et après la prise de vue il se referme pour ne pas enregistrer délément supplémentaire: la prise de vue ne porte que sur un instant défini. Cest le rôle de lobturateur que de ne permettre larrivée de la lumière quà un moment donné et pendant une durée déterminée.

La lumière émise par lobjet photographié sera focalisée quelque part par lobjectif, cest-à-dire que toute la lumière émise par un point donné de lobjet se rassemblera sur un même point de limage, son point conjugué, dont la distance à lobjectif est donnée par la relation de conjugaison. Cest donc à cette distance de focalisation que la surface sensible doit être placée: si elle est située plus près ou plus loin, les rayons lumineux issu du même point de lobjet ne seront plus focalisés, et seront enregistrés sous la forme dune tache, dautant plus large que lon séloigne du point focal.

Pour réaliser cette mise au point, qui permet de ramener le point focal sur la surface sensible, lobjectif peut être dautant plus avancé que lobjet photographié est proche. La mise au point étant faite, tous les objets situés sur le plan conjugué du capteur cest-à-dire, situés à la distance de mise au point apparaîtront nets sur la photographie.

Lorsque lobjet photographié nest pas plan, certains de ses points verront leur point conjugué situé au-dessus ou au-dessous de la surface sensible. Leur image sera alors une tache, dautant plus grande quils seront loin du plan focal, et que louverture de lobjectif sera grande. Tant que cette tache sur limage finale ne dépasse pas le pouvoir de résolution de l’oeil pour la distance dobservation de limage, cet étalement sera invisible donc sans conséquence. De ce fait, la zone de netteté ne se limite pas aux seuls points situés à la distance de mise au point, mais autorise une certaine profondeur de champ. Sil est nécessaire daugmenter cette profondeur de champ, pour un sujet donné, il faudra diminuer le diamètre des taches, donc diminuer louverture de lobjectif en fermant son diaphragme.

Leffet du diaphragme étant de réduire les taches en éliminant la lumière qui traverse la périphérie de lobjectif, le flux lumineux qui atteint la surface sensible est dautant plus faible que le diaphragme sera réduit. Pour obtenir une image correcte, il faudra en conséquence ajuster le temps de pose, qui devra être dautant plus long que la sensibilité du film est faible, que le diaphragme est fermé, et que le sujet est lui-même faiblement éclairé. Ce dernier réglage est celui de la vitesse dobturation, qui définit lintervalle de temps entre le moment où la surface sensible est soumise à la lumière et celui où cette exposition cesse. Ce temps dexposition peut être corrigé soit en augmentant léclairage par des projecteurs ou des lampes flash, soit plus rarement par un filtre à densité neutre sil faut augmenter le temps de pose.



                                     

4.4. Prendre une photographie Réglages

Plusieurs réglages sont nécessaires à la réalisation dune photographie. La justesse de ces réglages conditionne la qualité technique de limage, notamment sa netteté et son exposition. Les appareils photographiques modernes prennent en charge tous ces réglages à laide dautomatismes qui sont souvent débrayables.

                                     

5.1. Usages de la photographie Photographie artistique

Aux origines, la photographie fut utilisée par les peintres comme aide pour leurs travaux. Puis, elle devint rapidement un moyen dexpression à part entière, de nombreux artistes la pratiquant parallèlement à dautres modes dexpression ou sy consacrant exclusivement.

Les peintres appliquaient leur art à diverses formes dexpression, et se spécialisaient dans les scènes de genre, la décoration, la peinture dhistoire ou le portrait ; assez vite les photographes explorèrent diverses voies pour mettre à profit les nouvelles techniques qui soffraient à eux. Et ces applications se multiplièrent avec les progrès et la facilité dutilisation qui sensuivirent. Si le portrait se développa rapidement dès lors que les durées de pose furent limitées à quelques minutes - on saidait pour cela de sièges pourvus dappuie-tête et daccoudoirs divers - les autres genres photographiques proliférèrent dès que lon put utiliser un matériel relativement transportable et commode demploi.

La nature morte et le portrait saccommodaient bien des contraintes liées aux premiers procédés utilisés, qui nécessitaient de disposer dun laboratoire attenant au studio de prise de vue, car les émulsions devaient être préparées juste avant lexposition à la lumière, et le développement devait suivre immédiatement après.

Avant la photographie, cest la peinture qui avait pour rôle la représentation de la réalité. Mais larrivée de la photographie bouleverse le monde de la peinture. La peinture perd son rôle de représentation de la réalité et doit alors se réinventer, se diversifier ou bien disparaître. Trois courants distincts naissent de cette révolution:

  • le retour au classicisme, tel l’école de Barbizon.
  • la ligne dont le père fondateur est Ingres et deviendra par la suite entre autres le symbolisme ;
  • la couleur dont l’instigateur n’est autre que Delacroix et qui mènera notamment à l’impressionnisme ;

La photographie se tourne vers la capture du réel alors que la peinture recherche la beauté, l’impression, la matière et le sentiment.

                                     

5.2. Usages de la photographie Photographie comme témoin historique

Dans le même temps apparut la possibilité de lutiliser comme témoignage historique, et se développa la notion de photo reportage. Ainsi le banquier Albert Kahn tentera de constituer, de 1909 à 1931, les archives de la planète en envoyant des photographes dans cinquante pays du monde.

Dès les débuts de la photographie, le réformateur social Jacob Riis a vu en celle-ci un moyen de diriger lattention du public sur la pauvreté et la souffrance. En 1880, il a commencé à prendre en photo les quartiers pauvres de New York à la tombée de la nuit. En guise de flash, il utilisait de la poudre de magnésium quil faisait brûler dans une poêle à frire. Par deux fois, il a mis le feu à la maison où il travaillait, et une autre fois à ses vêtements. On dit que ses clichés ont motivé certaines réformes entreprises par Théodore Roosevelt à son arrivée à la Maison-Blanche, la production de smartphones a atteint les 1.5 milliard cette même année. Les smartphones sont aujourd’hui le moyen le plus simple et le plus utilisé pour prendre des photos. Les nouvelles technologies de la communication permettent un partage presque instantané des clichés, faisant de la photo un moyen de communication.

Laccès à la capacité de "prendre" une photo est maintenant généralisé. La représentation du monde en a été transformée. Les sociologues étudient les pratiques et les résultats de cette photographie populaire.

Le grand public accède à cet "art populaire" et en produit les artefacts.

                                     

5.3. Usages de la photographie Huitième art

Dans la classification des arts dérivée de celle dHegel, la photographie reçoit la huitième place en concurrence avec la radiodiffusion et la télévision. Ces trois activités sont parfois regroupées en "arts médiatiques".

La photographie est un moyen technique et mécanique de conserver une représentation graphique des moments, des objets ou des personnes. Mais cest aussi un moyen dexpression plus ou moins abstrait, portant la signature de son auteur, le photographe, et dont lobjectivité est équivalente à nimporte quelle oeuvre artistique. Longtemps enfermée dans limitation de la peinture, la photographie a trouvé sa propre voie artistique avec lapparition du surréalisme au milieu du XX e siècle. Aujourdhui, de nombreux artistes exploitent ce medium souvent associé à la "documentation" plus quà lart en tant que tel, les artistes photographes mélangeant parfois de nombreux media différents sur une seule image. La photographie, en tant quart, permet ainsi, plus que tout autre medium, dancrer la réalité dans une oeuvre dart afin de lui donner une nouvelle dimension. La promotion de la photographie en tant quart est souvent difficile en France, des expositions comme celle de Roger Ballen à la Halle Saint Pierre à Paris tendant toutefois à montrer cette facette de la photographie au public du XXI e siècle.

En France, pour être qualifiée "doeuvre dart", une photographie doit être tirée par lartiste ou sous son contrôle, signée et numérotée dans la limite de 30 exemplaires, tous formats et supports confondus article 98A de l’Annexe III du Code Général des Impôts. En effet, la législation française distingue le statut d "artisan photographe" et celui d "auteur photographe", le premier faisant référence au photographe de reportage ou documentaire, et le second à lartiste photographe, habilité à vendre des oeuvres dart telles que définies précédemment.



                                     

5.4. Usages de la photographie Courants artistiques

La photographie elle aussi connaît différents courants artistiques tout comme en peinture, les principaux sont:

  • Photographie plasticienne
  • Pictorialisme
  • Nouvelle Objectivité
  • Photographie humaniste
                                     

6. Bibliographie

  • Olivia Colo, Wilfrid Estève et Mat Jacob, Photojournalisme, à la croisée des chemins, coédition EMI-CFD/Marval.
  • Hubert Damisch, La Dénivelée - À lépreuve de la photographie, Éditions du Seuil.
  • Jean-Clet Martin, Le Corps de lempreinte, Éditions Kimé.
  • Pierre-Jean Amar, La Photographie, histoire dun art, Éditions Edisud
  • Pierre-Jean Amar, Histoire de la Photographie, Éditions PUF, coll. "Que sais-je?"
  • Pierre-Jean Amar, LABCdaire de la Photographie, Éditions Flammarion

Années 1960

  • Pierre Bourdieu, Un art moyen, essai sur les usages sociaux de la photographie, Éditions de Minuit.

Années 1970

  • Gisèle Freund, Photographie et société, Seuil, 1974.

Années 1980

  • Susan Sontag, Sur la photographie, Éditions Christian Bourgois.
  • Michel Lessard et Francine Rémillard, Photo-histoire au Québec: 150 ans de procédés photographiques monochromes, photographie, peinture, gravure, de la vue stéréoscopique à la carte postale illustrée, le kodakisme, Photo-sélection, 1987.
  • Roland Barthes, La Chambre claire, Gallimard, 1980

Années 1990

  • Serge Tisseron, Le Mystère de la Chambre claire, Les Belles Lettres, 1996 réédition Champs-Flammarion, 1999

Années 2000

  • Louis Mesplé, LAventure de la photo contemporaine de 1945 à nos jours, Chêne, 2006.
  • Étienne Mollier, Mémoires dun inventeur: De la photographie 35 mm au rétroprojecteur, 164 p., Éd. LHarmattan Acteurs de la Science, 2009 ISBN 978-2-296-08369-1

Années 2010

  • Tom Ang, Photographie. Lhistoire visuelle du Huitième art, DK, 2015.
  • François Brunet, La photographie histoire et contre-histoire, Presses Universitaires de France, 2017 lire en ligne
  • Pierangélique Schouler, David Groison, LHistoire vraie des grandes photos, Actes Sud, 2014, 88 p. ISBN 978-2-330-03226-5
  • Brigitte Govignon, La petite encyclopédie de la photographie, La Martinière, 2011.
  • Michel Poivert, Brève histoire de la photographie. Essai, Hazan, 2015.
  • The Georg Eastman House Collection, Histoire de la photographie de 1839 à nos jours, Taschen, 2016.
Free and no ads
no need to download or install

Pino - logical board game which is based on tactics and strategy. In general this is a remix of chess, checkers and corners. The game develops imagination, concentration, teaches how to solve tasks, plan their own actions and of course to think logically. It does not matter how much pieces you have, the main thing is how they are placement!

online intellectual game →